Le rétrofit, une solution durable

Le Pôle Véhicule du Futur a organisé, le 3 février dernier, un webinaire d’information relatif au Rétrofit, avec l'intervention de l'association AIRe.

Avec près de 200 participants, le rétrofit suscite un réel intérêt ; pour preuves, les très nombreuses questions auxquels ont répondu les intervenants de AIRe.

Le Rétrofit, autorisé par décret depuis le 13 mars 2020 (AIRe est à l’origine des démarches ayant abouti à ce décret), est l’action qui consiste à remplacer le moteur thermique d’un véhicule par un moteur électrique (batterie ou hydrogène). Il permet donc de diminuer l’impact environnemental du véhicule.

Il est porteur de nombreux espoirs, mais doit être abordé avec méthode :

  • La viabilité économique du rétrofit d’un véhicule (ou plutôt d’une série de véhicules) dépend du type de véhicule, son usage, les caractéristiques de rétrofit retenues, …
  • Les démarches d’homologation, indispensables, nécessitent de se conformer aux différentes directives (essais physiques, dossiers de calcul, etc …) et requièrent une certaine expertise. Cela représente un coût fixe important devant être amorti sur la série de véhicules concernés.
  • Techniquement, il faut pouvoir assurer la compatibilité avec les systèmes d’origine du véhicule transformé (ABS, ESP, direction, freins, climatisation, etc…).
  • Il faut pouvoir assurer la maintenance des véhicules.

Le Pôle Véhicule du Futur prévoit d’autres webinaires dans les prochains mois, pour compléter cette première séance.

Pour en savoir plus : Bruno Jamet - Directeur de programmes au Pôle Véhicule du Futur

A propos de l'association AIRe et du rétrofit

Depuis plusieurs années, des entrepreneurs ont conçu des prototypes pour démontrer la faisabilté du rétrofit. Depuis 2020, avec le changement de réglementation, il est possible d'homologuer des voitures rétrofitées.

Face au défi climatique et à l’impact du secteur des transports sur l’environnement, il est impératif de proposer aux automobilistes des solutions permettant de réduire leur impact sur l’environnement. Considérant que la ​transformation d’un véhicule à motorisation thermique en électrique ​est possible​, cette solution méritait d'être promue par les pouvoirs publics.

Avant la législation sur le rétrofit, il était possible de transformer des véhicules vers la motorisation électrique, mais au prix d’une procédure complexe et couteuse, soumise de plus à une demande d’accord du constructeur d’origine, de nature à décourager toute activité industrielle et commerciale.

L'arrêté du 3 avril 2020 aura pour ambition de mettre en oeuvre une véritable filière française de la transformation de véhicules à motorisation thermique en électrique​.

Durant près de 2 ans, les membres de l’association AIRe avec les professionnels de l’automobile, l’UTAC, le CNRV et le Ministère de la transition écologique et solidaire ont œuvré à la construction d’un cadre règlementaire, technique, administratif et économique permettant aux professionnels de la mobilité de pouvoir transformer ces véhicules dans des conditions de garanties nécessaires en matière de sécurité et de qualité.

En savoir plus : https://association-aire.org/