Véhicules autonomes sur grands sites privés

Le Pôle Véhicule du Futur et Aléarisque ont organisé, le 27 septembre dernier à Strasbourg, une conférence sur "les véhicules autonomes sur grands sites privés".

La Salle des Conseils de l'Eurométropole accueillait les 50 participants de cet évènement.

 

L’année 2016 est une année charnière pour les navettes autonomes : les véhicules sont désormais disponibles sur catalogue, et les premiers services commerciaux sont mis en place au bénéfice de vrais clients.

Cette rencontre a notamment fait le point avec trois des acteurs mondiaux majeurs de la question, qui nous ont fait part de leur vision de ce marché en plein essor

Concernant le volet Assurance, GROUPAMA a présenté les évolutions automobile et leurs impacts sur l'assurance.

Sur l'aspect juridique, le CERDACC / Université de Haute-Alsace a fait état de la timide adaptation du cadre juridique.
Au plan national, une ordonnance du 3 août 2016 a confirmé le principe de la possibilité, pour le Ministre des Transports, de délivrer une autorisation afin de procéder à des expérimentations, sans que les modalités d'obtention et surtout le fondement de la responsabilité ne soient encore connus.
Au plan international, la Déclaration d'Amsterdam a fixé, au sein de l'Union  Européenne, un calendrier prévisionnel tandis que la Convention de Vienne, signée en 1968, sous l'égide des Nations Unies, vient de subir un premier amendement, sans que pour autant tous les obstacles soient levés. (Source : Eric Desfougères, CERDACC).

L'EuroAirport est intervenu pour apporter sa vision d'une utilisation de véhicules autonomes en zone aéroportuaire.

Crédit photos : Muriel Cuny, Aléarisque



Avec la participation de Catherine Trautmann, vice-Présidente Eurométropole Strasbourg. 

 

Contexte

La vitesse à laquelle évolue le sujet des véhicules autonomes est proprement stupéfiante, déjouant les pronostics des observateurs les plus optimistes, et rien ne semble en mesure de ralentir le mouvement. 

Certes des obstacles réglementaires subsistent encore dans toutes les régions du monde pour l’exploitation de tels véhicules sur la voie publique, mais les barrières se lèvent les unes après les autres au fil des expérimentations et des pilotes. Bien plus, on assiste actuellement à une forme de surenchère entre les états, chacun ayant à cœur d’offrir les conditions les plus attractives pour soutenir le développement sur son territoire d’une industrie promise à un avenir radieux. 

Dans le détail, on distingue plusieurs axes évoluant en parallèle :

  • L’automobile traditionnelle, qui voit l’intégration à marche forcée de systèmes d’assistance à la conduite prenant de plus en plus le pas sur l’intervention humaine. Dans ce contexte où le véhicule doit pouvoir aller partout et faire face à toute situation, le conducteur reste indispensable.
  • Le véhicule public et/ou partagé, qu’il s’agisse de navettes collectives autonomes ou de robot-taxis de faible capacité. Pour ces applications limitées à certains axes ou certaines zones bien définies, la philosophie est au contraire de supprimer d’emblée la notion de conducteur, ce qui crée des passerelles vers les besoins de la logistique par exemple.

Ce second aspect, que le grand public connaît essentiellement par le prisme de la fameuse Google Car, est en réalité dominé à l’heure actuelle par les deux entreprises pionnières françaises Navya et Easymile, qui vendent leurs navettes et multiplient contrats et annonces sur toute la planète. D’ores et déjà, elles posent les bases d’une mobilité à la fois sur-mesure et partagée, une révolution qui remettra en question de nombreux aspects de la vie quotidienne bien au-delà de l’industrie des transports.


Ces travaux se situent en amont du 12ème congrès Européen sur les ITS Systèmes de Transport Intelligents, organisé par  ERTICO et l’Eurométropole de Strasbourg, du 19 au 22 juin 2017.

En savoir plus sur ITS Beyond Borders.

 

 

 Télécharger les présentations

Télécharger le dossier de presse

 

Plus d'infos :